Transcript Index

Search This Index
Go X

0:02 - Konsantman pou entèvyou a / prezantasyon

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Okay, pour commencer je dois, je dois te demander ta consentement, d'être, d'être, d'avoir notre conversation enregistrée.

Segment Synopsis: Lan pati sa, Payton vle asire l ke Erylne bay konsantman li pou entèvyou a fèt. Li tou prezante ki moun li ye.

Keywords: Rechèch

Subjects:


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346

2:35 - Eperyans tranblemandetè a

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Et, est-ce que tu peux m'explique comment tu as vécu le
séisme?

Segment Synopsis: La-a, Erylne raple l kijan li te viv tranblemandetè a. Li eksplike kouman yo te vin retire l anba dekonm kay inivèsite l kote l te ye a.

Keywords: Douz Janvye; Goudougoudou; Inivèsite; Seyis

Subjects: Tranblemandetè, Ayiti, 2010


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346

7:58 - Reyaksyon tousuit apre tranblemandetè a

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Donc après que tu es retirée de les décombres et tu étais dans le rue en train de--qu'est ce que tu as fais? Est ce que tu es juste restée là comme ça en parlent de Dieu, est-ce que tu es allée à la maison?

Segment Synopsis: Lan pati sa-a, Erylne pale de ki reyaksyon li te genyen, lè yo fin retire l anba dekonm. Li pale de jan asirans li lan Bondye ba l fòs.

Keywords: Dekonm; Etidyan; Fanmy; Frè; Inivèsite; Mò; Viktim

Subjects: Tranblemandetè, Ayiti, 2010


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346

9:53 - Kijan rive jere tout emosyon sa yo

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Comment tu balançais cette--ces sentiments différents, la tristesse--

Segment Synopsis: La-a, li pale sitou de jan emosyon li te ye apre tranbleman-an. Li pale jan li pa t panike menm jan ak fanmi ak zanmi.

Keywords: Bondye; Emosyon; Frè; Jwa; Kriye; Lavi; Louwe; Plere; Santiman; Trisès

Subjects: Tranblemandetè, Ayiti, 2010


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346

11:48 - Seremoni fineray

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Qu'est ce que vous avez fait, comme une famille pour, --je, je vais écrire la question--(rit)--um, qu'est ce que vous avez organisé pour les morts dans ta famille? Est ce que vous avez fait les choses ou les gestes symboliques pour honorer leurs vies, pour pay, payer le respect à leurs vies?

Segment Synopsis: Erylne di de jan fanmi an te reyaji pou moun ki mouri yo. Li pale de apwòch fanmi an fas ak manm fanmi ki mouri.

Keywords: Frè; Mò; Reyaksyon

Subjects: Tranblemandetè, Ayiti, 2010 Viktim


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346

13:26 - Sejou lan lakanpay ak kan

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Et, qu'est vous avez fait là-bas?

Segment Synopsis: Lan pati sa-a, Erylne pale de refij li lan kanpay avan li vin ateri lan kan-an. Li bay rezon k fe li t'ale ala kanpay epi kisa k anpeche l kontinye viv lan kay li.

Keywords: Andeyò; Kan; Kay; Lakanpay

Subjects: Tranblemandete, Ayiti, 2010


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346

14:41 - Jan li rive viv toutsuit apre

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Et, dans les, dans les jours que tu es restée ici après le tremblement, qu'est-ce que, toi et ta famille, qu'est-ce que vous avez fait pour arriver à tes besoins ?

Segment Synopsis: Erylne eksplike kouman li rive viv lan jou ki suiv tranbleman-an. Li pale kijan li kole efo pa li ak sa paran li voye pou li pou l rive viv.

Keywords: Fanmiy; Paran; Siviv

Subjects: Tranblemandete, Ayiti, 2010


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346

15:47 - Kochma tranblemandetè a

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Est ce que tu as jamais les cauchemars, les images qui revient qui tu, qui tu faire--se rappeler le tremblement?

Segment Synopsis: La-a, li eksplike jan defwa li reve zanmi ak kamarad li yo.

Keywords: Etidyan; Kamarad; Kochma; Rev; Sonj; Zanmi

Subjects: Tranblemandetè, Ayiti, 2010


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346

18:00 - Poukisa se Ayiti tranblemandetè a

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Et, qu'est-ce que tu penses du séisme? Like, pourquoi Dieu a choisi de faire ça à Haiti?

Segment Synopsis: La-a, Erylne pale de rezon li panse ki fè tranblemandetè a frape Ayiti.

Keywords: Douz janvye; Goudougoudou; Seyis

Subjects: Tranblemandetè, Ayiti, 2010


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346

19:00 - Lavi lan kan-an

Play segment Segment link

Partial Transcript: PAYTON: Et--(je suis pas dans le jeu, je, j'entends le bruit de la pluie dans ma, dans ma, mon oreille)--donc, qu'est-ce que, donc qu'est-ce que, qu'est-ce que tu penses de la vie ici dans le camp?

Segment Synopsis: La-a, Erylne dekri lavi lan kan-an. Li mete aksan sou mank respè kom yon gwo pwoblèm li genyen ak kan-an. Li pale jan vi a vin difisil lan capital la.

Keywords: Kan; Lavi

Subjects: Tranblemandetè, Ayiti, 2010


GPS: Ri Sen Patrik, wout Dèlma 33, zon kote Erylne abite: (Pòtoprens, HT).
Map Coordinates: 18.566234, -72.289346
0:00

PAYTON: Okay, pour commencer je dois, je dois te demander ta consentement, d'être--, d'être--, d'avoir notre conversation enregistrée.

ERYLNE: Okay

 PAYTON: Est-ce que tu es dérangée si j'enregistre notre converstion dans le cadre de mon recherche de travail--, mon travail de recherche?--(Les deux rient)--

ERYLNE: Donc je ne suis pas trop dérangée mais quand même--(rit)--

PAYTON: Tu es, tu es un peu dérangée? Moi, si tu veux pas, je peux juste prendre les notes; je veux pas que tu es dérangée. Je veux pas faire quelque chose--

ERYLNE: --Tu veux, tu veux prendre plutôt des notes?

PAYTON: Uhm--[Francois, je pense que--]--ou--[ce sera plus facile de, d'enregistrer ca--------??]--Okay, mais ce que je--[ca va--]-- peux te dire mais si tu es--, si tu veux pas que des autres gens entendent notre conversation, je peux faire juste cet enregistrement pour moi et je vais pas les partager avec les autres--

ERYLNE: --Mais je n'ai pas de problème, je n'ai pas de problème--

PAYTON: --Tu n'as pas de problème, tu es certain?--

ERYLNE: --Oui je suis.--

PAYTON:--parce que pour moi c'est très important que tu, que tu es bien informée que ca c'est une recherche--

ERYLNE: --J'ai pas de problème--

PAYTON: --Okay. Et tu n'es pas dérangée non plus s'il y a des autres gens qui, qui vont éc--, uh, écouter notre conversation?

1:00

ERYLNE: Non.

PAYTON: Je te crois pas--(les deux rient)--Mais tu es certain, est-ce que tu peux dire?

ERYLNE: Oui, je suis certaine.

PAYTON: Okay, cool.

PAYTON: Donc est-ce que tu peux dire ton nom complet?

ERYLNE: Mon nom complet c'est François Erylne.

PAYTON: François Erylne? Et tu as quel âge?

ERYLNE: J'ai 27 ans.

PAYTON: Et, ah, tu as, tu as quel niveau d'éducation? Tu es arrivée à à quel niveau d'éducation?

ERYLNE: En troisième année, Génie civil.

PAYTON: Génie civil. Et, tu pratiques quelle religion?

ERYLNE: Mh, le christianisme. Disons en d'autres termes Baptiste.

PAYTON: Baptiste?

ERYLNE: M-hm

PAYTON: Et, juste pour commencer, est-ce que tu peux-- expliques-moi un peu de-- m'expliques un peu de ta vie avant le séisme? Qu'est-ce que tu-- où tu habitais, avec qui? Comment ça--qu'est-ce que tu as fait? Quels étaientt tes--

ERYLNE: Ummm, J'étais--ha--habitée avec mes famille.

2:00

PAYTON: Dans quel quartier?

ERYLNE: À Delmas 33,--

PAYTON: --(--------??--------)--

ERYLNE: --plus précisément, Saint Patrick, la Rue 100--(les deux rient)--

PAYTON: Et, tu as combien de gens dans ta famille?

ERYLNE: Ah beaucoup. Ils sont très nombreux.

PAYTON: Ouais. Et, uhm, qu'est que tu as fait normalement dans la vie? Et tu étais à l'école est-ce que tu avais beaucoup des amis? Qu'est-ce que tu avais à faire?

ERYLNE: Bon j'étais à l'école, j'ai beaucoup d'amis, rien d'autres-- ,

PAYTON: Mh, rien d'autres. Et, est-ce que tu peux m'explique comment tu as vécu le séisme?

ERYLNE: Le séisme. C'est que, j'étais dans la salle avec mes amis, mon frère, tout ça--[Luckenson?]--Donc, j'étais, troisième étage--

PAYTON: --Tu étais dans la salle de--

3:00

ERYLNE: --de Génie civil. Donc le professeur était là,

PAYTON:--Où?--

ERYLNE: Dans la salle de classe ! Donc, le professeur était là, dispense un cours et tout le monde était très content, très, très content. C'était deuxième jour de classe. Tous les gens étaient là, tous les étudiants étaient là. Il y avait mon frère, il vient juste d'arriver; et il sort. Quand il sort, je did: "waw, mon Dieu, mais qu'est-ce qu'il a?" Il vient de rentrer après il sort; une fois--, une autre fois je dis: "waw mon Dieu, ti nonm sa-a l toujou--, toujou gen pwoblem sa-a." Donc, --et après, je l--, il rentre, je l'entends dire:" ah ! ah !" Et quand je voyais, je vois les murs, balancent des deux bords. Je dis :"Bon Dieu". Et tous les gens courent, et moi 4:00je reste assis, en disant:"Jezi, Jezi, Jezi, Jezi!" Et lors, je ne sais plus qu'est-ce qu'il y a. J'entends seulement des bruits, des cris, des étudiants qui, qui crient :"Jésus, Jésus, Jésus!" Et des vitres, des murs, des blocs, tout ça tombe. C'est-- c'était incroyable. En ce moment-là je, je ne sais plus où je suis, qu'est-ce qui passe. Tout simplement j'entends des cris très très forts. Les étudiants crient très très forts et moi je crie plus fort :"Jésus, Jésus, Jésus, Jésus!" Il y a des vitres, des murs tout ça; c'est:" crac, crac, crac, crac!" je, je me sens-- c'est comme ça, donc, et après je me retrouve sous le béton, 5:00avec mes nez remplis, mes oreilles remplies avec des grains de sable, tout ça, et je trouve-- il y avait trois d'autres étudiants près de moi qui crient très fort :"Qu'allons-nous faire? Comment? Comment nous pourrons sortir ici?" Et ils pleurent. Il y a, il y a deux d'entre eux qui pleurent très fort, et je leur ai dit : "non, ne pleure pas car Dieu vient nous délivrer ce soir si c'est sa volonté. Et si c'est pas-- sa volonté pour nous mourrons, nous mourrons tous ici." Donc, --et après j'entends des étudiants qui sont au dehors, il y avait-- très fin, j'entends leurs voix en disant:" Darline, Darline!" et il y 6:00avait l'un de mes amis, il a répondu : "Il est--, elle est là, elle est là, près de moi, mais pour, pour qu'elle sort, moi, je dois sortir avant!" Et c'était très, très dur, mais moi, j'avais la foi en Dieu en disant qu'il vient nous délivrer, et ce soir même si c'est sa volonté. Donc c'était très dur. Et quand, quand je sors sors--, quand ils crasent des murs, en débloquant des, des murs, des blocs, pour me mettre dehors. Quand je sors dehors c'est là je vois ce qui se passe. Et c'est, c'est dans ce moment-là je sais c'est un tremblement de terre, je ne le savais pas--(rit)--. Et quand je--, j'arrive dehors je vois il n'y a, il 7:00n'y a, il n'y a ri--, il n'y a rien dehors, il n'y avait pas même un seul-- les étudiants qui sorent dans la salle, donc tous sont restés sous les décombres. Et c'est en ce moment là, je passe tout mes temps à louer Dieu, en disant merci, en remerciant dieu, et je, je n'avais rien; mes mains, mes pieds, mes yeux, je suis en pleine forme. Donc je passe tout cet après-midi à remercier Dieu en disant merci à dieu pour m--, pour la vie qu'il m'avait donnée. Donc c'était incroyable, mais Dieu l'a fait pour un but, bien déterminé que moi je ne le savais pas.

PAYTON: Ouais. Donc après que tu es retirée de les décombres et 8:00tu étais dans le rue en train de, --qu'est ce que tu as fais ? Est ce que tu es juste restée là comme ça en parlent de Dieu, est-ce que tu es allée à la maison ?--

ERYLNE: Donc après je rentre à la maison il y avait, --nous étions trois à l'université, moi, mon frère et mon cousin. Je dis:" waw, ils sont morts !" Je rentre chez moi, il y avait deux petits enfants chez moi, quand je rentre--, quand j'arrive tout près de chez moi, je trouve l'un des voisins en m--, qui me dit:"oh, nous savons que toi tu es mort; ton cousin il est rentré sa tete, de--

PAYTON: --de la université?--

ERYLNE: --Ouais--il est blessé, où est ton frère ?" Je dis:"Mon frère il est probable qu'il est mort car je ne le vois pas, car il sort avant tous les autres dans la salle et je ne le vois pas. Donc ça peut arriver qu'il est mort." 9:00Et nous passons la nuit à pl--, pas à pleurer mais très tristes et demain matin de très tôt vers, dès cinq heures je me lève et je me rends à l'université, quand j'arrive je vois des personnes qui étaient près de la rue; ils sont morts. Je dis:"Mon Dieu, mon frère, il est mort." Je ne le vois pas et il y a d'autres étudiants je ne les vois pas, je dis:" mon Dieu, mon frère il est mort et c'est en ce moment là je me mets à pleurer pour mon frère en remerciant Dieu pour moi.

PAYTON: Comment tu balançais cette--, ces sentiments différents, la tristesse--

ERYLNE: --et la joie--

PAYTON: d'avoir perdu--, et la joie de la vie ?--(rit)--

ERYLNE: Donc la joie était plus forte en moi, car ma vie 10:00je vois que je suis en vie, je louais Dieu en disant merci à Dieu pour la vie qu'il m'a donné. Il m'a donné la vie en prenant la vie des, des autres étudiants. Waw, pour moi ça c'était un miracle--

PAYTON: --Ouais--

ERYLNE: --Et tous les gens de chez moi se mettent à pleurer, mais moi je suis en joie.--

PAYTON: --Ouais--

ERYLNE: --Je ne pouvais pas pleurer comme, comme mes parents, comme mes sœurs et frères. Je suis en joie. Je me mis à louer Dieu, seulement à dire merci à Dieu.

PAYTON: Ouais. Et, comment, comment était ta famille quand il a--, il avait gardé toi, toi tu étais encore en vie mais, encore en vie mais des autres qui est, qui est mort-- [--------]--Je vais arrêter ça, juste pour la bruit--(--------??. Oui, nous avons une,--we had a brief interruption with a truck of, of sand and rock 11:00dumping right outside] mais pour continuer, uhm, --oui mon question c'est que, quand tu étais là avec ta famille, après cette nuit-là, quand tu es revenue, comment étaient-ils ? Comment étaient, étaient eux quand ils te voient mais quand même il y avait des autres gens qui est mort.

ERYLNE: Bon, Il avait seulement mon frère qui, qui était mort

PAYTON: il avait quelle âge ?

ERYLNE: Hm, il avait vingt-huit ans, si je me trompe pas, vingt-huit ou vingt-neuf ans. Donc--

PAYTON: --Comment il s'appelle ?--

ERYLNE: Il s'appelle Ralphe Robins--, Méus Ralphe Robins

PAYTON: Est-ce que vous étiez proches ?

ERYLNE:--C'était mon frère--

PAYTON: Qu'est ce que vous avez fait, comme une famille pour, --je, je vais écrire la question--(rit)-- --Umm, qu'est ce que vous avez organisé pour les morts dans ta famille ? Est ce que vous avez fait les choses ou les gestes symboliques pour honorer leurs vies, pour pay--, payer le 12:00respect à leurs vies ?--

ERYLNE: --Comment ? Comment payer les respects?--

PAYTON: --Il y a, il y a je sais pas.--

ERYLNE: --Non, seulement on remercie Dieu, seulement ça; nous n'avons rien à faire, ce sont les morts! Les morts quand ils meurent, s'ils meurent en Christ ils va vivre encore. Mais s'ils meurent sans Christ, c'est fini.

PAYTON: Ouais Donc, combien de temps tu, tu as resté à la maison avant de venir ici, dans le camp ?

ERYLNE: Dans--

PAYTON: --Dans camp lan?--

ERYLNE: combien de temps je reste à la maison?--

PAYTON: --Ouais, et--

ERYLNE: --dans l'immédiat-- après trois jours je me rends à la campagne et je passais--

PAYTON:--à quelle, quelle, quelle partie ?--

ERYLNE: --à Jean Rabel, et après quinze jours je suis revenue et je viens ici.

13:00

PAYTON: Et, pourquoi vous-avez décidé de quitter la ville ?

ERYLNE: C'est parce que tous les gens étaient angoissés, stressés, leurs parents demandent pour les enfants, c'est la raison pour laquelle, tous-- presque tous, tous les étudants, tous les éleves se rendent à, à la campagne.

PAYTON: Oui. Et, qu'est vous avez fait là-bas ?

ERYLNE: Hm, rien en réalité; c'est la raison pour laquelle je me rends ici. Je retourne à la--, à Port-au-Prince.

PAYTON: Ouais. Et, tu m'as dit que tu, que tu habites, que tu as encore la maison qui n'est pas, qui n'était pas fissurée, à --------??, mais quand même tu dors ici, est-ce que tu peux me dire plus de ça ?

ERYLNE: C'est par ce que je suis angoissée, stressée, je ne peux pas dormir sous le béton. Quand je reste à la maison, il y a parfois je, je veux dormir mais je reste à la maison, y-- 14:00je reste dans mon lit; parfois il est Une heure--, Une heure--, Deux heures moins, je reste les yeux ouverts. Je ne peux pas dormir,

PAYTON: Ouais.

ERYLNE: et après deux, trois jours comme ça, mon cœur se mit à battre très fort. Je ne peux pas dormir, je suis angoissée, stressée; c'est pour ça.

PAYTON: Est-ce que tu as peur pour ta vie ?

ERYLNE: Peur pour ma vie ? Pas vraiment, je ne suis pas peur car Dieu est avec moi.

PAYTON: Et, dans les, dans les jours que tu es restée ici après le tremblement, qu'est-ce que, toi et ta famille, qu'est-ce que vous avez fait pour arriver à tes besoins ?

ERYLNE: Donc, je ne peux rien faire, je reste ici, à vendre mes petits bonbons, c'est tout ça, et mes parents, ils sont 15:00à la campaigne et parfois ils m'envoient quelques petites choses, comme des bananes, des poissons, tout ça. Et, il y a parfois ils m'envoient de l'argent, c'est tout.

PAYTON: Ça c'est depuis le, le tremblement ?

ERYLNE: Oui depuis, depuis longtemps ils avaient l'habitude de, de le faire, mais comme je suis seule, à Port-au-Prince, les autres sont à la champagne, Il y a parfois ils sont, ils sont très découragés, ils n'ont pas le courage de continuer à envoyer des provisions, tout ça. Mais--

PAYTON: Est ce que tu as jamais les cauchemars, les images qui revient qui tu, qui tu faire--, se rappeler le tremblement ?

ERYLNE: Parfois mais pas souvent. Parfois je vois que je suis avec les étudants, que nous travaillons ensemble; il y a parfois je les vois, 16:00ils me dissent:"Nous sommes là, nous sommes là, nous ne sommes pas morts, nous sommes là !" Et je suis contente quand je me réveille je vois que c'est--, que c'était un cauchemar.

PAYTON: Ouais. Et, est-ce que vous avez-- quand je dis "vous" je veux dire t--, ta famille--, est-ce que vous avez fait les choses pour, soit pour cher--(oh non, la pluie commence!)--soit pour chercher à-- tes proches ou chercher des nouvelles de tes proches?

ERYLNE: Comment?

PAYTON: Qu'est-ce que vous avez fait pour chercher soit les corps de tes proches, ou les nouvelles de tes proches, tes parents, tes amis, de, des gens de?--

ERYLNE: Ils sont morts! Je, j--, je n'aime pas, je n'aime pas ça. Je n'aime pas quand le gens me demandent:"Où est ton frère ? Où est ton ami ?"

PAYTON: Ouais

ERYLNE: Il y a souvent ils me demandent pour les étudiants qui 17:00étaient proches de moi, très, très proches donc je me men--, je me sens très bouleversée, très angoissée et je n'aime pas ça.

PAYTON: Ouais. Et, donc comment tu es arrivée ici dans le--, ce camp et pas une autre camp?

PAYTON: Pardon?

PAYTON: Comment tu es arrive, d'être, d'être dans ce camp-là, et pas un autre camp. Pourquoi vous avez choisi de, de venir ici?

ERYLNE: Dans, dans ce lieu? C'est ça?

PAYTON: Ouais

ERYLNE: Oh, j'étais mon ami, Duckens

PAYTON: qui était déjà ici

ERYLNE: qui était ici. C'est la raison pour laquelle, je n'a--, je n'avais pas l'intention de venir--, d'aller dans un, dans un lieu comme ça mais il était là, il m'a encouragée et je ne pouvais pas dormir chez moi donc je profitais l'occasion de venir.

PAYTON: Et, qu'est-ce que tu penses du séisme? Like, pourquoi Dieu a choisi de faire ça à Haiti?

18:00

ERYLNE: Dieu a choisi de faire de faire ça à Haiti?

PAYTON: Ou est-ce Dieu a choisi, --c'est--, qu'est-ce que, --je, je--, ça c'était un peu presomptueux de moi--(rit)--parce que je veux savoir pourquoi tu penses le séisme est arrivé à Haïti ?

ERYLNE: Donc, le séisme est arrivé en Haiti, donc pour moi c'est que Dieu l'a voulu. Dieu l'a voulu pour une raison-- Bon, je ne sais pas exactement. Peut-être il y a des gens qui sont péché contre Dieu. Peut-être Dieu la fait pour nous montrer qu'il est là, il est là, il n'est pas mort, et il sera toujours là pour nous les Haïtiens nous le respectent. Et pour que nous les Haïtiens nous vivons pour, pour Dieu, pour lui seul.

PAYTON: Ouais. Et, --(je suis pas dans le jeu, je--, j'entends le bruit de la pluie dans ma, dans ma, mon oreille)-- 19:00donc, qu'est-ce que, donc qu'est-ce que, qu'est-ce que tu penses de la vie ici dans le camp?

ERYLNE: Qu'est-ce que je pense de la vie?

PAYTON: Ici, dans le camp?

ERYLNE: Hm, c'est très drôle la vie ici, vivre ici. Pour moi c'est très drôle, les gens sont très bizarres, très drôles. Ils ne respectent pas les gens. Ils ne respectent pas la vie des autres. Ils disent n'importe quoi.

PAYTON: Est-ce que tu peux me donne les exemples?

ERYLNE: Pardon?

PAYTON: Est-ce que tu me donnes des exemples?

ERYLNE: Donc, c'est parce que il y a, il y a des gens ici qui ne respectent pas les autres. Ils disent n'importe quoi comme des sottises, des bêtises. Ils passent très souvent, très près des autres donc c'est la 20:00raison pour laquelle je vois, vivre ici ce n'est pas, ce n'est pas vivre, ce n'est pas une bonne vie.

PAYTON: Ouais. Et combien de temps tu penses que tu vas rester ici dans la tente?

ERYLNE: Donc, je ne sais pas exactement combien de temps mais, quand je pourrais dormir sous le béton je laisse ici.

PAYTON: Ouais. Et tu penses que ça va, ça va arriver? Ou est-ce que tu penses, est-ce que tu penses que tu vas être toujours mal à l'aise? Sous le béton?

ERYLNE: Donc, si c'est, si Dieu a voulu je pourrais dormir à la maison sans même penser à ce moment là.

PAYTON: Ouais. Et, est-ce que tu se sens en sécurité? Ici dans le camp?

ERYLNE: Pardon?

PAYTON: Est-ce que tu te sens en sécurité ici dans le camp?

ERYLNE: Donc, où je suis, je me sens en sécurité car Dieu me voit, Dieu me protège.

21:00

PAYTON: Ouais.

ERYLNE: Avec Dieu, rien ne va m'arriver.

PAYTON: Ouais. Et, et quelles sont les conditions de vie dans le camp?

ERYLNE: Quelles sont les conditions de vie dans le camp?

PAYTON: Ouais

ERYLNE: Pour moi je ne sais pas, parce que je ne passe pas tous mes temps ici, c'est presque la nuit, les après-midis je viens ici, la nuit tout ça. Ce qui passe dans le camp presque ne m'intéresse pas, totalement.

PAYTON: Qu'est-ce que tu penses de les conditions de vie en Port-au-Prince depuis le séisme?

ERYLNE: Pardon?

PAYTON: Qu'est-ce que tu penses de les conditions de vie en Port-au-Prince, Port-à-Prince, depuis le séisme?

ERYLNE: Les conditions de vie depuis le séisme à Port-au-Prince? Donc, c'est que, il y a des choses, qu'on, qu'on cherche, ce qu'on aime, ce qu'on 22:00cherche ce qu'on a envie vraiment on ne trouve pas vraiment ce qu'on a envie ce qu'on a besoin vraiment à Port-au-Prince il y a des, il y a des choses qu'on ne trouve pas. Ce qu'on aime. La façon dont, dont on rêve de vivre. Ce n'est pas une bonne vie, tout simplement, pour moi.

PAYTON: Et, est-ce que tu--, est-ce que tu as des amis ici à Port-au-Prince--, et non, pas à Port--,euh, dans ce camp?

ERYLNE: Non, je n'ai pas d'amis, seulement Duckens

PAYTON: seulement Duckens. Okay.--[tu n'a pas d'amis?]--